Sunday, April 13, 2014

Happiness Therapy : Quand la pudeur annihile mon audace !



N’escomptez pas que je vous donne le mode d’emploi de ma modeste personne. Mais je pense que mes propos parleront à quelques-uns d’entre vous.

Quand je parle de pudeur, c’est une donnée en série. J’ai hérité de tout l’historique familial et j’en suis fort aise. 

Je ne l’entends pas comme chasteté (nous ne sommes pas des anges, non plus), mais plus dans le sens de taire ses sentiments de façon à ne pas gêner l’autre.

Chez nous, point de démonstration ; 

On s’aime, mais on ne se le dit pas ; 

On s’admire, mais on sourit bêtement à l’autre ; 

On est heureux mais on ne le clame pas. 

Idem quand il y a un malheur, on ne crie pas, on ne hurle pas, on encaisse dignement….et on pleure sous la douche.

Donc, quand je parle de pudeur, je parle du fait que je ne me permets pas de dire tout haut ce que je pense sauf, dans les cas évidents, où je sais que j’en ai le droit.

Avec ma famille, mes amis, et certains affiliés, je sais jusqu’où je peux aller sans blesser leurs sentiments et leurs convictions.

Avec les autres non.

Très souvent, je ne dis pas complètement ma pensée. Premièrement, parce que mon côté libéral se heurte souvent à l’intégrisme de certains ; Deuxièmement parce qu’il existe des sujets que je considère inabordable en public ; Enfin, parce que personne ne m’a demandé de le dire.

Et là, dans ce cas précis aussi, je ne suis pas la plus audacieuse du monde.

Imaginez-moi juste dans mon milieu professionnel… Non seulement je ne suis pas là pour distiller mon avis, mais je dois impérativement rester à ma place. Et croyez-moi, j’y reste plus souvent que certains doivent le penser.

Pourtant, je suis audacieuse. Je ne suis pas à proprement parlé une aventurière (dommage), mais je possède ce côté artistique qui me pousse souvent à voir les choses autrement ; A être un brin à contre-courant et à anticiper.

En cela, je suis audacieuse car j’aime découvrir d’autres choses, entendre d’autres sons ou mots ;

Ce que je déteste c’est uniformité. Le côté « il faut, tu dois » m’exaspère et je suis souvent contre les diktats de la mode, de la pensée, etc.

Il faut rester soi-même avant de se vouloir se fondre dans la masse.

Quel intérêt de crier au génie sur une chanson uniquement parce que « tout le monde » l’aime. 

Et si, moi, elle me déplaît cette chanson ? Si, à mon goût, elle est mauvaise, inécoutable et surtout insupportable, j’aurais droit aux foudres divines ?

Non !

Alors, oui, souvent mon audace est annihilée par ma pudeur surtout quand cela en vient à mes sentiments sur quelqu’un. Je ne disserte pas sur l’amour ou l’amitié sauf si la personne en face me pose la question directement et, si j’ai confiance (et réciproquement).

Qui ne dit mot, consent ?

Pas dans mon cas. On dit souvent que mes yeux expriment ce que je ne peux pas dire… 

alors, regardez-moi plutôt dans les yeux lorsque je parle, vous verrez bien si je me contente de la norme ou si je dis ce qui me tient à cœur.


No comments:

Post a Comment

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog

Reprise du blog sous le contrôle de B !

Reprise du blog sous le contrôle de B !