Wednesday, January 18, 2017

[Lecture] Suite du Club Lecture : le sujet de Dounia-Joy pour janvier !


https://douniajoy.wordpress.com/
Voici le thème de Dounia-Joy pour janvier :



 « avis sur un livre que vous aviez étudié en classe ou le premier livre d’un auteur ».

***
 

Nous avons tous étudié des dizaines (centaines ?) de livres en classe, depuis le primaire jusqu’au (a minima) Baccalauréat. 


Certains sont restés de vieux compagnons, certains sont tombés dans l’oubli, certains nous ont passablement énervés (pour ne pas dire désespérés)… et pour certains, nous avons fait semblant de les lire (moi, c’est Zola !). 


J’aurais pu vous citer mes préférés, mais il y a un livre qui est plus important. Peut-être parce qu’il m’a ouvert quelques portes dont je n’aurais jamais osé franchir l’embrasure. 


C’est la pièce de Molière, « Le Médecin Malgré Lui »… 

A cette époque, nous étions, mes camarades de collège et moi, jeunes, belles, drôles et assez rebelles. Nous n’avons pas conscience du ridicule de la situation lorsque nous avons approuvé l’idée du professeur de français (et d’Histoire) : monter une troupe de théâtre et faire une représentation de ladite pièce !


Adapter le personnage de Sganarelle, faiseur de fagots, qui devient un médecin par la ruse vengeresse de Martine, son épouse, afin qu’il guérisse la fille du vieux Géronte… Cela était déjà difficile pour nous, mais n’inclure que des filles, c’était de la folie pure !


Notre professeur nous a fait lire la pièce, nous a expliqué la cocasserie perpétuelle de Sganarelle, la crédulité de la patiente, de sa famille pour réaliser, enfin, que la malade, Lucinde, simule également. 


Pièce en trois actes, jouée pour la première fois en 1666, Le Médecin Malgré Lui oscille entre la farce et la comédie. 


Molière montre la crédulité face à cette médecine « nouvelle », la prétention des « guérisseurs » et l’invention de mots pour combler l’ignorance des malades. Il évoque aussi le regard différent que posent les personnages sur Sganarelle qui passe du peuple au savant, et dont l’intérêt devient soudainement acceptable. 


Molière évoque aussi l’importance de l’amour face au mariage forcé malgré qu’au final, un retournement de situation financière permet à l’amoureux pauvre de devenir assez riche pour épouser la belle. Finalement, l’argent et l’amour sont liés. 


Enfin, le langage utilisé est plein de surprises, d’inventions et procure aux personnages une belle palette ; Entre le langage imagé et grossier du peuple et le verbe châtié utilisé par les bourgeois, le personnage principal s’amuse à illustrer les états de santé, d’invention, de latin peu commun et il se joue clairement de toute la maisonnée par ses dérobades, ses jeux de mots et autres parades.


Le Médecin Malgré Lui est toujours drôle, percutant, tranchant mais il se lit à tout âge car le niveau de lecture change sans cesse, comme tous les excellents romans passés à la postérité. 


Ah, oui, pardon, vous vous demandez donc quel était mon rôle, sur scène ? Prenez un personnage, un bon paysan dont le personnage principal courtise la femme…  Je fus, d’après les on-dit, « très convaincante en paysan rustre et pas finaud » !





https://douniajoy.wordpress.com/

No comments:

Post a Comment

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog

Reprise du blog sous le contrôle de B !

Reprise du blog sous le contrôle de B !